Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le site de Michel Bouffioux

Maisons de correction : les derniers témoins (02/04/2009)

Publié le 2 Avril 2009 par Michel Bouffioux in Paris Match Belgique

CHARLES LANTHIN EST A LA RECHERCHE DU LIEU OU IL A ETE MALTRAITE


- Enquête évoquée sur le plateau de « L’Info confidentielle Paris Match-RTL/TVI le 29 mars 2009 et dans l’hebdomadaire Paris Match, le 2 avril 2009 -

 

Ce dimanche, sur le plateau de « L’Info Confidentielle Paris Match », Charles Lanthin a évoqué un temps oublié qui est actuellement l’objet de recherches universitaires. Ce temps où la notion des droits de l’enfant était encore balbutiante en Belgique ; Ce temps où des orphelins de guerre ont parfois été placés avec d’autres compagnons d’infortune, des enfants délaissés, rejetés ou délinquants dans des « maisons de correction » où ils étaient maltraités. 

 

La suite dans l’hebdomadaire Paris Match du 2 avril 2009.

 

Investigations complémentaires à l’article publié dans Paris Match ce 2 avril 2009

 

A Wierde, près de Namur, nous avons retrouvé Willy, le frère de Charles. Pour diverses raisons familiales, ces deux hommes ne s’étaient plus vus depuis près de vingt ans et ils ne possédaient même plus leurs adresses respectives. N’empêche : leurs souvenirs se recoupent sur l’essentiel. Le départ précipité et traumatisant du domicile familial en 1945, les deux gendarmes, la camionnette qui roule vers Ciney, les mauvais traitements lors du séjour dans le château, le transfert à Saint-Jean de Dieu. « Je me vois en culotte courte, agenouillé dans la cour de cet établissement de Ciney. J’ai les bras levés vers le ciel et dans mes mains il y a deux briques. Il neige, j’ai froid et cela me fait mal », raconte notamment Willy. Lequel confirme encore l’étonnante histoire des retrouvailles de Charles avec sa mère à la Foire du Midi.

 

Dans les récits des deux frères, il y a aussi des divergences. Selon Willy, les deux évasions se sont passées du temps où les frères Lanthin se trouvaient à Saint-Jean de Dieu : « Dans mon souvenir, on s’est bien retrouvé chez une de nos tantes mais ma mère n’était pas là. Toutefois, je dois vous dire ma mémoire n’est plus ce qu’elle était. Peut-être est-ce Charles qui se souvient le mieux. Je vous confirme en tous les cas que ces années difficiles ont laissé des traces. On a appris à ne compter que sur nous-mêmes et dans cette attitude, je le comprends aujourd’hui, Il faut plus voir de la fragilité que de la force ».

 

Agée de 75 ans, Francine Lanthin, la grande sœur, vit toujours à Namur. Elle nous éclaire sur le déchirement de la famille en 1945 : « Non seulement, il y a eu l’histoire avec le soldat américain mais ma mère nous délaissait complètement. Mes frères et moi étions littéralement abandonnés et c’est ce qui explique notre placement en institution. J’avais 11 ans et j’ai très bien compris ce qui se passait. Plus petits, mes frères ont été fort déstabilisés. Par la suite, ils ont  toujours eu tendance à idéaliser leur maman et un prétendu bonheur familial perdu».

 

Par ailleurs, nous n’avons pas eu de mal à retrouver trace du passage des Lanthin à Saint-Jean de Dieu, même si l’orphelinat a fermé ses portes dans les années ’60 pour faire place à une maison d’hébergement pour jeunes en difficulté (Ndlr : on n’assimilera évidemment pas le travail qui se fait dans l’actuel « Institut d’éducation Saint Jean de Dieu » avec les pratiques contestables d’un autre temps). Anne Janssens, la secrétaire de l’établissement nous a confirmé, après vérification dans de vieux registres, que Charles et Willy y ont séjourné là entre le 15 juin 1946 et le 22 décembre 1951. 

 

En ce qui concerne la «prison pour enfants de Ciney », l’enquête s’avère plus compliquée.  « Dans mon souvenir, il s’agissait d’un château réquisitionné. Sans autre détail, j’ai le nom de Linciaux en tête », nous dit Charles. Et Willy Lanthin n’en sait pas plus.

 

Il y a bien eu un château de Linciaux à Ciney : « Il a disparu dans un incendie dans les années ’50 et c’est exact que des enfants y ont séjourné dans l’immédiate après-guerre », nous révèle Mme Le Hardy de Beaulieu à qui appartient cette propriété. Est-ce pour autant le lieu que nous cherchons ?

 

« Certainement pas », nous assure l’historien local, Jacques Descy : « La description donnée par vos témoins renvoie clairement à l’Institut Saint Antoine qui hébergeait des enfants du juge dans le château Piervenne à CineyEn juillet 1920, un certain Jean-Baptiste Cuvelier qui avait auparavant dirigé une école privée à Waterloo avait racheté le château à une communauté de Domicaines. Malgré son nom, il ne s’agissait de rien d’autre que d’une « maison de correction », un endroit qui faisait peur à tous les gosses de la région. II était fréquent que les parents menacent : « Si tu n’es pas obéissant, tu feras un séjour chez Cuvelier et cela te remettra les idées en place ».  Dans ce lieu étaient mélangés des résidents de toutes provenances : des orphelins, des enfants pauvres ou délaissés, des gosses un peu turbulents. Des enfants placés aussi par leurs propres parents. Il y régnait une discipline de fer. Les enfants ne pouvaient sortir qu’accompagnés de surveillants. La rumeur a parfois couru qu’ils étaient mal nourris, voire maltraités. L’institution a fermé en 1959. Pendant un temps, le château a encore été occupé par des membres de la famille Cuvelier et puis il a été détruit. Dans l’actuelle rue des Dominicaines à Ciney, c’est l’ « Espace Cuvelier » qui s’est érigé sur les ruines de l’ancien château ».

 

En compagnie de Charles Lanthin, nous nous rendons à Ciney, rue des Dominicaines où se trouve l’actuel « Espace Cuvelier » ; Il croit reconnaître le lieu où il dit avoir tellement souffert entre 1945 et 1946. « J’ai le sentiment que c’est ici mais je veux rester prudent. Comment le prouver ? ». Peut-être en retrouvant des descendants de la famille Cuvelier qui auraient conservé des archives, voire même des registres d’entrée et de sortie de Saint Antoine.

 

Cette enquête nous conduit alors à Floreffe où nous nous entretenons longuement avec Philippe Cuvelier, l’un des petit fils du fondateur de l’Institut  réputé être l’ « archiviste » de sa famille nombreuse : « J’ai moi-même enseigné à Saint Antoine pendant deux ans entre 1956 et 1958 », nous dit cet homme affable « C’est là aussi que je suis né et que j’ai grandi. Si les deux frères Lanthin ont séjourné sur place, j’ai du les croiser. Et quand j’entends les raisons de leur placement, à savoir une déchéance des droits parentaux, il me semble tout à fait probable que c’est bien à Saint Antoine qu’ils ont du être envoyés par le juge. Toutefois, il m’est impossible de le confirmer ou de l’infirmer de manière définitive. C’est malheureux mais plus personne ne dispose encore des fiches individuelles des enfants qui sont passés par le château Piervenne ».

 

Toutes les fiches ont disparu, sauf une. Philippe Cuvelier nous la commente. Elle concerne un certain Jules Brunin qui est entré à Saint Antoine le 9 février 1942. « Celle-là, on l’a conservée parce qu’elle avait une signification particulière. Dans un livre, Jules Brunin avait lui aussi lancé des accusations contre l’Institut Saint Antoine et mon père qui était cité dans cet ouvrage y avait répondu point par point dans un document manuscrit que nous avons conservé ».

 

Le livre dont parle notre hôte était intitulé : « L’enfer des gosses, dix ans dans les bagnes d’enfants ». En 1975, il s’est vendu à plus de 150.000 exemplaires et un film en a été tiré (« Les enfants de l’oubli »). A propos de Saint Antoine, Brunin écrivait notamment : « Maudit Ciney, toi qui fus le prélude de ma haine, de ma grande peine de gosse, de ma très grande colère aussi !».

 

Il décrivait une certaine hiérarchie entre les pensionnaires et, lui aussi, un réel climat de violence : « La classe supérieure est donnée par Mr. J… et cette classe est réservée à ceux dont les parents paient pension. Nous autres, les pauvres, sommes obligés de suivre indéfiniment les mêmes cours donnés par des gens ayant tout juste leur certificat d’études primaires, sans aucune compétence, et ne connaissant que la baguette et les sévices corporels ».

 

Le « Mr J… » ici cité n’était autre que Jean Cuvelier, le père de Philippe Cuvelier. Ce dernier s’insurge : « Mon père était un homme doux et dévoué. Je dirais presqu’un saint. Ce que Brunin a raconté sur Saint Antoine était largement exagéré et ce dont les frères Lanthin témoignent aujourd’hui est aussi très contestable. La séance de torture sur la règle dans la cour m’apparaît tout à fait invraisemblable, plutôt tirée d’un roman pour enfants. Le bras démis et remis en place dans la cour également car un médecin passait pratiquement tous les jours par l’Institut. En toute bonne foi, certains souvenirs d’enfance peuvent être en partie des reconstructions, des interprétations. Je suis en tous les cas ouvert à la discussion avec ces frères qui disent avoir souffert, même si je m’étonne de leurs témoignages ».

 

Charles, lui, n’a cure de ces démentis. Pour lui, le récit de sa vie ne souffre contestation. Et sa prochaine quête le conduira aux archives de l’Etat où repose un dossier judiciaire qui devrait lui permettre de savoir avec certitude si la « prison de Ciney » était bien « l’Institut Saint Antoine ». Un dossier qui devrait aussi lui donner les clés pour comprendre ce « kidnapping » qui a bouleversé sa vie en 1945. 

Commenter cet article

Morimont Véronique 30/03/2014 17:55

Je voudrais corriger certaine erreur. Le nom de mon grand-père est Jean Cuvellier (avec deux ailes aux anges pour voler). Toute petite, j'ai entendu comme la vie était dure dans l'institut Saint
Antoine. Il y avait la crasse, la violence de ces enfants mal traités chez eux et qui étaient envoyés par les juges. L'histoire de ce lieu telle qu'on me l'a racontée, c'est celle d'un endroit où
se retrouvaient les enfants dont les parents avaient été déchus de leur droit parental et qui étaient parfois très sauvages. J'y allais avec mon frère me balader dans les ruines et je n'ai aucun
souvenirs autres que ceux de grand pièces peintes de couleurs vives, avec des fresques au mur comme j'en aurais voulu dans ma chambre. Je garde l'image d'un grand-père aimant. Gentil, patient nous
apprenant à jardiner. Je ne l'ai jamais entendu émettre un mot plus haut qu'un autre avec ses 32 petits enfants. Il parlait peu mais maman nous racontait les messes à la chapelle, la petite cabane
dans le fond du potager ou des fuyards seraient restés quelques temps cachés pendant la guerre 40-45. Les grandes lessives sur les pelouses, la cuisine, immense où maman se plaisait autour des
fourneaux...